Skip to content

Pourquoi les coopératives s’en sortent mieux ?

Travailler ensemble et coopérer engagent différents membres d’un même réseau vers une organisation de groupe, sans compétition inhérente aux tendances capitalistes. Mouvement moderne, la coopération devient la force des entrepreneurs qui engage les esprits à concevoir un mode de fonctionnement différent et bienveillant où la richesse du réseau se caractérise par le savoir-faire, l’expérience et la singularité de chacun.

Les coopératives en 2020 : un succès

Le nombre des coopératives a doublé depuis le début des années 2000. Résolument moderne, ce nouveau modèle d’organisation plaît aux entrepreneurs qui peuvent garder leur indépendance et la liberté d’entreprendre tout en appartenant à un regroupement de personnes. Ces membres d’une coopérative partagent des valeurs et un savoir-faire et chaque individu peut bénéficier de la force du réseau tout en conservant sa liberté.

C’est d’ailleurs l’un des grands enseignements transmis par la crise financière et économique ayant secoué la France et une grande partie du monde en 2008-2009 : les coopératives ont mieux résisté et ont réussi à stabiliser leurs effectifs et résultats financiers pendant et après la crise.

Pourquoi ? Parce qu’une partie de l’économie se retrouve aujourd’hui entre les mains d’actionnaires détenant un capital. Ce capital offre du poids à leurs décisions, sans qu’ils soient forcément investis directement dans l’entreprise. Leur principal objectif consiste à accumuler des richesses, ce qui a pour inconvénient de créer de fortes inégalités, beaucoup moins présentes chez les coopératives.

Ce mode de fonctionnement n’a pas été adopté par les coopératives où les propriétaires et décideurs sont les entrepreneurs eux-mêmes. Les entrepreneurs prennent alors des décisions basées sur leur expérience terrain, leurs observations et leurs besoins réels au quotidien.

L’économie coopérative est un terrain fertile pour une meilleure répartition des richesses et pour limiter des prises de décision motivées par la maximisation du profit plutôt que de l’intérêt pour les travailleurs de la coopérative et de ses clients. La solidarité est l’une des valeurs essentielles au bon fonctionnement d’une coopérative.

Un fonctionnement démocratique

Véritables alternatives au fonctionnement capitaliste, les coopératives trouvent leur place dans de nombreux secteurs de l’économie : aussi bien dans la restauration que dans le secteur de la santé et de la construction ou encore du secteur agricole. Banques et assurances choisissent également de plus en plus de fonctionner sur un système coopératif.

La diversification des secteurs de l’économie reflète l’attrait de ce système de fonctionnement avec des tailles de coopératives très variées et partageant pourtant un point commun. Chaque coopérative regroupe des personnes identifiant des besoins communs via une entreprise dont elles sont toutes propriétaires de manière égale.

Dans une coopérative, l’objectif commun ne se limite pas à la seule recherche de profit. Chaque propriétaire s’implique personnellement dans la société et identifie les améliorations à envisager ou les besoins en fonction de ce qu’il observe directement sur le terrain.

La coopérative permet à différents entrepreneurs de partager un même nom d’enseigne dans différentes villes en France et de bénéficier de l’image de cette marque qui permet d’attirer une clientèle la connaissant déjà.

Des exigences et un degré de rigueur partagés sont indispensables pour le bon fonctionnement de la coopérative. Ces atouts permettent de développer une identité commune assurant à chacun de bénéficier de la notoriété des membres du réseau.

Les nouveaux enjeux de la coopération

Des valeurs humaines sont véhiculées au sein des coopératives, ce qui alimente la qualité de travail des entrepreneurs. Les coopératives ont également le mérite de questionner en permanence le système dans lequel elles évoluent et l’intérêt général prédomine. Coopérer se construit et s’apprend.

Nous vivons à une époque où l’individualisme prend une part importante de notre société et tous les entrepreneurs ne trouveront pas forcément leur place dans une coopérative. Contrairement aux entrepreneurs épris d’indépendance, ceux épris d’individualisme préféreront faire cavalier seul.

Formation, accompagnement d’un nouvel entrepreneur lors de son installation, mutualisation des moyens financiers sont tout autant de soutiens auxquels peuvent s’attendre les membres d’un réseau indépendant constitué d’entrepreneurs propriétaires.

Le bien-être des salariés

Si la coopérative est un format en expansion depuis plus d’une dizaine d’années, c’est notamment dû à la souffrance des salariés au travail dans les formats dits « classiques ». L’action managériale d’une coopérative favorise le bien-être des salariés au travail et aboutit à une meilleure performance de chacun au travers de son épanouissement personnel, sans être aveuglé par le profit avant tout.

Dans une coopérative, le profit est calculé différemment et l’humain est remis au cœur du développement économique et social. Plutôt que de fragiliser l’entreprise de par son mal-être au travail, le salarié devient alors vecteur des valeurs de l’entreprise. Si le salarié se sent bien à son poste, les clients le ressentiront et passeront un meilleur moment.

Les Taverniers Réunis : un commerce associé

Pour La Taverne, réunissant une trentaine de restaurants en France en 2020, le format du commerce associé a été choisi pour développer un réseau de maîtres restaurateurs solidaires et indépendants. Ce choix permet aux taverniers exploitants de développer leur activité au sein d’une enseigne ayant fait ses preuves et de bénéficier d’un esprit de coopération qui permet d’apporter régulièrement de nouvelles idées.

Le collectif des Taverniers Réunis fait notre force et permet à chaque entrepreneur de bénéficier des avantages du collectif tout en prenant part à chacune des décisions et en gardant sa liberté.

Pour les Taverniers Réunis, ce modèle coopératif et associé est un véritable avantage concurrentiel. Un réseau cohérent et une rigueur accrue sont les clés de la réussite pour conserver une place de choix au cœur d’un marché en constante évolution comme la restauration.

Les Taverniers Réunis sont persuadés que chaque employé doit se sentir bien dans son travail pour que les clients se sentent « comme » à la maison lorsqu’ils franchissent les portes d’une taverne pour déguster des plats cuisinés à partir de produits frais et locaux dans une ambiance feutrée et chaleureuse.